Baromètre du bien vieillir 2018

Baromètre

Objectif : Dans la lignée des deux précédents, parus en 2015 et 2016, le troisième baromètre européen de la Fondation Korian pour le Bien-Vieillir a pour ambition de mieux connaître et de suivre l’état d’esprit des personnes âgées de quatre pays européens – en France, en Allemagne, en Italie et en Belgique.

La construction de cette édition 2018 du Baromètre s’est faîte en 3 temps :

  • Une étude sociologique réalisée en mai 2017 a permis d’identifier les 4 motivations majeures de l’Utilité.
  • Une étude qualitative internationale a été réalisée en septembre / octobre 2017. Des interviews ont été réalisées auprès du personnel soignant, des directeurs d’établissement, des résidents d’EHPAD et de SSR, de personnes âgées à domicile et d’aidants.
  • La définition des questions du Baromètre, basée sur les résultats des travaux menés lors des deux phases précédentes.

Au total, 4 025 seniors de 65 ans et plus ont été interrogés sur leur sentiment de bien-être ou d’utilité, leur relation aux autres, l’utilisation des nouvelles technologies ou encore leur anticipation de la dépendance.
Particularité de la démarche : les mêmes questions ont été posées à un échantillon miroir équivalent représentatif des 15-64 ans, pour identifier les différences de perception des troisièmes et quatrièmes âges selon les générations. Une nouvelle fois, le baromètre a permis de mettre à mal certaines idées reçues…

Les résultats 2018, bien qu’en recul, restent positifs et traduisent l’état d’esprit des seniors d’aujourd’hui : ils souhaitent continuer à être acteurs de leur vie, à se sentir utiles. Pour eux, le moteur de l’utilité c’est avant tout l’indépendance et l’ouverture au monde grâce aux nouvelles technologies. 

Mais attention aux inégalités qui se creusent, notamment pour les plus fragiles, comme les femmes de plus de 80 ans, les personnes seules ou bien malades. 

Cette évolution de perception du vieillissement par les seniors eux-mêmes doit être prise en compte par les professionnels dans l’évolution des propositions d’accompagnement. D’où l’importance pour la Fondation de continuer à sensibiliser l’opinion sur la cause des aînés, à promouvoir et soutenir des actions en faveur d’une société plus inclusive et à lutter contre les préjugés entre les générations.

 

Baromètre du bien vieillir 2018

Baromètre

Objectif : Dans la lignée des deux précédents, parus en 2015 et 2016, le troisième baromètre européen de la Fondation Korian pour le Bien-Vieillir a pour ambition de mieux connaître et de suivre l’état d’esprit des personnes âgées de quatre pays européens – en France, en Allemagne, en Italie et en Belgique.

La construction de cette édition 2018 du Baromètre s’est faîte en 3 temps :

  • Une étude sociologique réalisée en mai 2017 a permis d’identifier les 4 motivations majeures de l’Utilité.
  • Une étude qualitative internationale a été réalisée en septembre / octobre 2017. Des interviews ont été réalisées auprès du personnel soignant, des directeurs d’établissement, des résidents d’EHPAD et de SSR, de personnes âgées à domicile et d’aidants.
  • La définition des questions du Baromètre, basée sur les résultats des travaux menés lors des deux phases précédentes.

Au total, 4 025 seniors de 65 ans et plus ont été interrogés sur leur sentiment de bien-être ou d’utilité, leur relation aux autres, l’utilisation des nouvelles technologies ou encore leur anticipation de la dépendance.
Particularité de la démarche : les mêmes questions ont été posées à un échantillon miroir équivalent représentatif des 15-64 ans, pour identifier les différences de perception des troisièmes et quatrièmes âges selon les générations. Une nouvelle fois, le baromètre a permis de mettre à mal certaines idées reçues…

Les résultats 2018, bien qu’en recul, restent positifs et traduisent l’état d’esprit des seniors d’aujourd’hui : ils souhaitent continuer à être acteurs de leur vie, à se sentir utiles. Pour eux, le moteur de l’utilité c’est avant tout l’indépendance et l’ouverture au monde grâce aux nouvelles technologies. 

Mais attention aux inégalités qui se creusent, notamment pour les plus fragiles, comme les femmes de plus de 80 ans, les personnes seules ou bien malades. 

Cette évolution de perception du vieillissement par les seniors eux-mêmes doit être prise en compte par les professionnels dans l’évolution des propositions d’accompagnement. D’où l’importance pour la Fondation de continuer à sensibiliser l’opinion sur la cause des aînés, à promouvoir et soutenir des actions en faveur d’une société plus inclusive et à lutter contre les préjugés entre les générations.