Jeu et maladie d’Alzheimer

Objectifs : Mesurer l’efficacité du cadre ludique comme intervention non-médicamenteuse des troubles liées à la Maladie d’Alzheimer

Les approches thérapeutiques non médicamenteuses dans la maladie d’Alzheimer présentent un réel intérêt pour améliorer la qualité de vie des personnes et sont mises en avant comme première intention par la Haute Autorité de Santé dans le traitement des troubles dits « du comportement ».

Le jeu peut se présenter comme une proposition adaptée pour contribuer au bien-être des personnes mais il est souvent utilisé de façon intuitive ne permettant pas à la séance de jeu de se dérouler de façon efficiente.
Le choix des objets ludiques nécessite une culture et une analyse du jeu qui font souvent défaut aux professionnels, les obligeant à endosser une posture d’aidant, souvent trop interventionniste, limitant alors l’autonomie et la maîtrise de la personne.

La Fondation Korian, en partenariat avec le centre de formation aux métiers du jeu et des jouets (FM2J) et le Centre de Recherche Clinique Cerveau Vieillissement et Fragilités de l’Hôpital des Charpennes (69) ont mené une réflexion sur le cadre ludique afin de définir les conditions qui permettent à la séance de jeu d’offrir un réel divertissement aux résidents. 

Le bien-être provoqué par la situation de jeu peut alors agir sur la qualité de vie et les troubles du comportement liées aux pathologies de type Alzheimer.

Le cadre ludique se présente comme un espace de résilience permettant, le temps de la séance, une remobilisation de l’ensemble des compétences de la personne.

Jeu et Alzheimer

 

Jeu et maladie d’Alzheimer
Objectifs : Mesurer l’efficacité du cadre ludique comme intervention non-médicamenteuse des troubles liées à la Maladie d’Alzheimer

Les approches thérapeutiques non médicamenteuses dans la maladie d’Alzheimer présentent un réel intérêt pour améliorer la qualité de vie des personnes et sont mises en avant comme première intention par la Haute Autorité de Santé dans le traitement des troubles dits « du comportement ».

Le jeu peut se présenter comme une proposition adaptée pour contribuer au bien-être des personnes mais il est souvent utilisé de façon intuitive ne permettant pas à la séance de jeu de se dérouler de façon efficiente.
Le choix des objets ludiques nécessite une culture et une analyse du jeu qui font souvent défaut aux professionnels, les obligeant à endosser une posture d’aidant, souvent trop interventionniste, limitant alors l’autonomie et la maîtrise de la personne.

La Fondation Korian, en partenariat avec le centre de formation aux métiers du jeu et des jouets (FM2J) et le Centre de Recherche Clinique Cerveau Vieillissement et Fragilités de l’Hôpital des Charpennes (69) ont mené une réflexion sur le cadre ludique afin de définir les conditions qui permettent à la séance de jeu d’offrir un réel divertissement aux résidents. 

Le bien-être provoqué par la situation de jeu peut alors agir sur la qualité de vie et les troubles du comportement liées aux pathologies de type Alzheimer.

Le cadre ludique se présente comme un espace de résilience permettant, le temps de la séance, une remobilisation de l’ensemble des compétences de la personne.

Jeu et Alzheimer