Etude Télé-psy Pour Tous : Comment est perçue la téléconsultation en psychiatrie ?

Dans une situation de pandémie comme celle provoquée par la COVID-19, l’apparition de troubles affectant la santé psychiatrique et psychologique a pu se développer de manière significative, plus particulièrement dans les équipes soignantes. Or, les mesures sanitaires et les confinements successifs ont limité l’accès aux soins et aux consultations psychiatriques. La télémédecine s’est présentée comme une solution pour pallier à la distanciation physique et aux confinement. Dans ce contexte, le groupe Korian a mis en place une cellule de téléconsultation en psychiatrie à destinations de son personnel de terrain.

 

La Fondation Korian et le Dr Emmanuel Mullin, médecin psychiatre à la clinique Korian Val du Fenouillet (83) ont conduit, en collaboration avec le CH de Troyes, une étude sur la perception de la téléconsultation en psychiatrie auprès des professionnels des établissements Korian. Cette étude observationnelle a pour but d’évaluer le vécu et les représentations des personnels face à la proposition de la téléconsultation pour une prise en charge psychologique ou psychiatrique.

 

Un questionnaire a été diffusé auprès du personnel de 10 EHPAD, 3 cliniques psychiatriques et 6 cliniques de Soins de Suite et Réadaptation (SSR) du groupe Korian entre octobre et novembre 2020. Ce questionnaire a permis de recueillir des informations sur : 

  • le profil du répondant

  • son expérience personnelle de la téléconsultation
  • sa perception de la téléconsultation en psychiatrie

 

L’analyse des 321 réponses a permis de conclure que les femmes, les personnels soignants et les personnes directement impliquées dans la prise en charge de patient COVID sont moins favorables à l’idée de bénéficier d’un accompagnement par téléconsultation. Les freins évoqués sont liés au cadre clinique ou éthique ainsi qu’à un refus de prescription à distance. Ainsi, la téléconsultation en psychiatrie est un outil supplémentaire dans la gestion de la santé mentale mais ne doit pas se substituer aux autres outils. C’est un bon complément.

Vous pouvez donc retrouver ICI les résultats de l’étude publié dans l’international journal of Environnemental Research and Public Heath »